Le Choix, le Mouvement...
Départementales & Régionales 2021

Sandrine BOULAN

NOTRE PROJET

 lors des municipales 2020


    I -   Finances – Communication – Grand Paris Seine & Oise

   II -   Affaires scolaires

  III -   Développement durable et sécurité

  IV -  Social - Solidarité - Santé

   V -  Urbanisme

  VI -  Emploi

 VII -  Transports & mobilités

VIII -  Vie associative & sportive - Évènements


I – Finances – Communication – Grand Paris Seine & Oise

  • Redistribution de la totalité des indemnités de fonction du maire à la commission des Affaires Scolaires
  • Optimisation des budgets de fonctionnement
  • Modernisation et actualisation du site internet de la mairie
  • Mise en place d’un registre de traçabilité des demandes en mairie
  • Mise en place d’un journal municipal mensuel
  • Création d’un conseil municipal des jeunes (12/18 ans)
  • Réduction des factures énergétiques de la commune en étudiant des solutions plus économiques et écologiques
  • Rétablissement de critères précis et équitables pour les appels d’offres, avec l’application des nouvelles règles légales du Bulletin officiel d’annonces des marchés publics du 13/09/2019
  • Stabilisation de l’impôt sur la quote-part communale
  • Recours à un vivier de sages pour accompagner l’équipe municipale dans ses différents projets
  • Retour à des structures associatives et/ou coopératives dans la gestion de la commune

II - Affaires scolaires

  • Réalisation urgente de travaux à la maternelle (odeurs d’égouts, sonnette, cloisons séparatrices des sanitaires 
   garçons et filles…)
  • Installation et mise à disposition de jeux à l’école primaire (paniers de basket, marelle, buts mobiles…)
  • Renforcement de la sécurité en milieu scolaire (bus, trajets cantine, sorties scolaires…)
  • Etude pour la construction d’un complexe scolaire (écoles maternelle et primaire, cantine…)
  • Mise en place du quotient familial
  • Octroi de moyens accrus à la caisse des écoles
  • Mise à disposition de tablettes numériques
  • Restructuration de l’aide aux devoirs
  • Sensibilisation des enfants à la collecte des déchets et au tri sélectif
  • Proposition de sorties pédagogiques et éco-responsables (ramassage collectif des déchets…)
  • Développement du potager éducatif
  • Création d’un conseil municipal des enfants (CM1/ CM2)
  • Amélioration de la communication entre écoles, associations et mairie
  • Organisation d’un accueil à l’année dans les centres de loisirs

III - Développement durable et sécurité

  • Objectif : obtention du double label « Ville éco-propre » et « Ville fleurie »
  • Création de jardins collectifs municipaux
  • Ajout des points de collecte du verre, des emballages plastiques…
  • Soutien et développement de l’entretien du parc & des forêts
  • Entretien écologique des espaces naturels par l’éco-pâturage

  • Installation d’éclairages solaires dans le parc
  • Eclairage permanent de l’ensemble des rues tout en réduisant la consommation électrique
  • Installation de caméras de surveillance avec triangulation et de caméras de verbalisation aux endroits stratégiques
  • Octroi de moyens supplémentaires à la police municipale et réorganisation (24h/24, service tranquillité, renforcement des contrôles…)
  • Mise à disposition d’un bureau pour la police nationale‣ Maintien et renforcement de la sécurité en période estivale
  • Sécurisation du parc, du tunnel (sous D114) avec fermeture des accès sensibles et télésurveillance

IV - Social - Solidarité - Santé

  • Développement de l’aide à l’installation de professionnels de la santé à la maison médicale en s’appuyant sur l’URPS (Union régionale des professionnels de santé)
  • Création d’une Maison d’assistantes maternelles (MAM)
  • Construction d’une crèche municipale
  • Développement du Don du sang
  • Création d’une association pour les seniors (ateliers mémoires, tango, gym, jeux d’adresse, art thérapie…)
  • Création d’une ligne d’écoute et d’entraide « SOS Solitude »
  • Partage intergénérationnel entre la MARPA (Maison d’accueil et de résidence pour personnes âgées), les écoles, les associations (après la résolution des problèmes de conformité de la MARPA)
  • Maintien et développement du transport social et de la mobilité des personnes âgées


V - Urbanisme

  • Proposition d’une approche du logement social respectueuse de notre vie de village, à l’inverse des projets actuels (plus de 200 logements non maîtrisés tant en implantation qu’en densité)
  • Recours contre la vente du terrain et la construction prévue de 35 logements sociaux (R+2+ combles) prévue à l’entrée de la commune, entre le Forum et le rond-point de la taupe (cf. : compte-rendu de conseil municipal du 23 septembre 2019)
  • Réorganisation du stationnement alterné
  • Amélioration de l’accessibilité des personnes à mobilité réduite et des poussettes sur les trottoirs
  • Réglementation des places de stationnement pour les personnes à mobilité réduite
  • Etude et réorganisation du plan de circulation
  • Mise aux normes et réhabilitation de la salle polyvalente
  • Sécurisation de la mezzanine du complexe sportif, actuellement utilisée bien qu’interdite aux activités sportives
  • Agrandissement du cimetière en encourageant les actions « Jardin du souvenir » et « forêt cinéraire »


VI - Emploi

  • Mise en place d’une structure d’aide au retour à l’emploi :
     • créer une permanence pour les partenaires emploi afin d’aider les demandeurs
        d’emploi à (ré)intégrer le monde du travail
      organiser des forums, des jobs dating étudiants, des rencontres avec les entreprises locales et régionales
      Mise en place, à la mairie, d’un service dédié à l’emploi animé par des bénévoles et/ou professionnels
  • Création participative pour le développement d’activités agricoles et de services, générateurs d’emplois durables sur la commune
  • Création d’un bureau unique en mairie, pour l’aide aux démarches administratives suite à la dématérialisation des services publics (impôts, sécurité sociale, état-civil, poste…)

VII - Transports & mobilités

  • Développement et/ou augmentation des transports en commun afin de desservir les gares, lycées, collèges,  
le secteur de Cergy…
  • Construction d'abris de bus avec des bancs à chaque arrêt
  • Création de pistes cyclables
  • Etude avec les communes voisines pour mettre en place un service de vélos électriques en libre-service
  • Création d'une dynamique de covoiturage :

     • mise à disposition d'outils de mise en relation (espace web, appli…)

     • création d’un parking réservé au covoiturage, près de l'accès A13

  • Création d’un arrêt « Bus Express A14 » (liaison Flins-La Défense)


VIII - Vie associative & sportive – Évènements

  • Création d’un marché hebdomadaire
  • Réouverture de la Maison des jeunes
  • Déplacement du boulodrome avec un espace couvert et un club-house
  • Création d’un club-house au dojo
  • Étude, amélioration & aménagement de l’espace dédié à la section danse
  • Remise aux normes d’hygiène et de sécurité des aires de jeux (remplacement du sable par un revêtement 
   synthétique et écologique)
  • Réouverture du Comité des fêtes afin de créer et d’organiser des évènements culturels (thé dansant, loto, carnaval, soirée Halloween..)
  • Réhabilitation de l’ancien court de tennis près du city-stade afin de créer un terrain de basket
  • Création d’un skate-park à l’écart des habitations
  • Renouvellement et extension des décorations de Noël
  • Développement des services offerts par la bibliothèque municipale
  • Création d’espaces de bibliothèque à l’air libre supplémentaires


------------------------------------------------------------------------


REDYNAMISER NOTRE VILLAGE


Créer des emplois


Implanter du petit commerce


Développer du service


Nos idées sont réalistes, concrètes et réelles. Nous serons en capacité d'agir grâce à votre soutien dans le processus électoral à venir.

Notre projet n'est ni passéiste ni conservateur.


Les grandes lignes de notre programme vous sont exposées, à l'occasion des distributions, en boite aux lettres, des brochures de campagne. Vous avez reçu ou recevrez bientôt un document comportant nos propositions, rassemblées par chapitres au sein des commissions communales. Le format de ce document nous impose d'en limiter le contenu, c'est pourquoi, au travers de notre site, nous en développons certains aspects, et tentons de vous en faire entrevoir le scénario afin de vous convaincre du bien fondé de nos projets et des effets positifs qu'ils auront sur votre vie quotidienne d'habitant de FLINS SUR SEINE, notre belle petite commune.



L'un des chapitres de la commission «EMPLOI», parle de création d'emplois pérennes sur la commune dans l'activité agricole en production biologique ou en permaculture.


  • Les terres disponibles sur la commune ou dans les environs très proches sont présentes, elles doivent être saines et ne pas avoir été cultivées récemment.
  • Le besoin existe car chacun est consommateur des produits de la terre qui alimentent les grandes surfaces et notre attache aux valeurs écologiques nous impose de réduire le coût carbone: du transport, des traitements chimiques, des matériels et équipements liés aux productions traditionnelles dont il faut programmer l'obsolescence.
  • Un autre coût qui peut-être réduit est celui des intermédiaires de tous poils qui prélèvent leurs marges ou rémunèrent les actionnaires, petits ou gros, de ces sociétés.
  • Il faudra donc de créer des structures associatives ou coopératives afin d'encadrer ces activités, elles auront également un caractère participatif.
  • Les volontés collaboratives existent également, pas pour l'exploitation puisque des emplois seront créés à cet effet, mais pour la gestion comptable et administrative, la formation des personnes, le management de l'entreprise.
  • La collectivité doit être en mesure de proposer des projets d'investissement intéressants aux administrés désireux de prendre part à des projets locaux et d'intérêt général.
  • Le prêt citoyen vous sera exposé et vous aurez le choix d'y souscrire selon vos moyens. Il est le meilleur support de projets sans vocation strictement financière. Il ne rapporte pas d'intérêts sonnants et trébuchants, mais une réelle satisfaction dans le regard de celui à qui il donne du travail et de la dignité.



LES TERRES

elles existent, il fallait juste y penser:


Sur le territoire communal SUEZ préserve plus de 70 hectares de terres non exploitées, entre l'autoroute et la voie ferrée, sur la droite en allant vers l'usine RENAULT. Ces parcelles permettent l'exploitation des ressources en eau de la nappe phréatique, elles servaient il y a quarante ans au stationnement des véhicules produits sur la chaîne de FLINS. La société exploitante cherche justement à relancer une activité non polluante et génératrice d'une image positive sur ces terrains. La permaculture en est une. L'on peut imaginer un immense parc végétal composé d'arbres fruitiers et de plantations de légumes, à visiter ou simplement à traverser en marchant ou en courant. Un lieu où les enfants pourront apprendre le vrai sens du mot nature et les aînés discuter sur des bans en observant le passage d'un âne tirant une charrette de composte à l'aller et le fruit de la récolte au retour.

Les parcelles urbaines en friche sont également intéressantes, ainsi que de nombreux espaces publics qu'il ne faut pas négliger. De nombreuses communes exploitent cette idée, car le travail des personnels communaux permet d'embellir tout en étant productif.

Enfin certaines entreprises urbaines ou en zones d'activités pourraient accueillir des jardins, en remplacement de pelouses coûteuses à entretenir, tout en privilégiant leurs salariés, en les approvisionnant de produits sains et bon marché. Qu'ils pourraient également retrouver dans les cantines ou lors des poses en libre service.

Il sera également possible d'offrir un service aux personnes qui ne sont plus en mesure de cultiver le jardin autour de leur maison, afin de ne pas voir ces espaces transformés en friches ou en pelouses artificielles.


LES PRODUCTEURS

seront divers et l'intérêt de chacun sera pris en compte:


  • De nouveaux emplois salariés dans le cadre de l'association, ils pourront vendre leur production dans le magasin coopératif du village, approvisionner les cantines scolaires et ils en seront également les consommateurs.
  • Les habitants exploiteront leurs parcelles ou celles qui leur seront confiées, ils les entretiendront et les récoltes qu'ils ne consomment pas eux mêmes pourront être vendues dans le magasin coopératif. Qu'il s'agisse de quelques heures dans la semaine en bénévolat ou d'un petit complément de retraite, chacun sera en mesure de gérer son engagement. Ceux qui ne pourront être que consommateurs sont les bien venus, nous aurons également besoin d'eux pour faire fonctionner le système.
  • De nouveaux emplois dans les entreprises qui feront le choix de transformer leurs espaces verts en lieux de culture maraîchère et de proposer à leurs salariés des denrées à la vente, mais également approvisionner les buffets des poses détente dans leurs locaux. Les surplus de production pourront approvisionner le magasin communal.

On pourrait imaginer qu'un exploitant de l'association puisse également proposer des services de jardinage, d'entretien des espaces verts, de fourniture de graines, de pousses, d'engrais ou encore d'évacuation ou de collecte des déchets verts, de récolte et de transfert des marchandises sur le lieu de vente. Mais également de préparation de repas et livraison à domicile, soupes chaudes pour consommer au magasin ou emporter à la maison. Ou encore proposer ses services au chef cuisinier de la cantine lorsque nous aurons retrouvé le chemin du bon et du goût pour nourrir nos enfant !


Il faut à présent aborder l'aspect FINANCIER du projet:


Hormis les dons à l'association, le financement de base du concept se fait par des fonds recueillis auprès des habitants qui veulent investir dans une entreprise locale dont la vocation n'est pas de rétribuer des actionnaires, mais d'aider au développement de notre territoire. Le projet serait soutenu et aidé par la collectivité locale et les entreprises.

De plus en plus de français veulent investir dans l'entrepreneuriat, les collectivités doivent dès à présent franchir le pas et oser proposer des projets intéressants d'investissement à leurs administrés. Notre projet est associatif.

Le retour sur investissement ne se fait pas sous forme d'intérêt financier, mais chacun à sa mesure, peut en retirer satisfaction, joie, fierté, dignité, honneur, …


Un soutien financier devient un partenaire en affaire, il bénéficie de remises immédiates en pourcentage sur la totalité de ses achats, cette remise correspond à la part que nous aurions consacrée aux dividendes payés aux actionnaires d'une société privée. Ce qui signifie que son placement lui rapporte de façon immédiate et sans fiscalité, bien plus que les 0,5 % du livret A. Et comble de tout, plus il achète, plus son profit de placement est important.


Le PRET CITOYEN pourrait donc avoir un succès immédiat et unanime.

D'autres types de financement:

Les subventions de la Communauté Européenne, de la Région, de la GPS&O, de la commune et des entreprises. Les dons.(les règles fiscales permettent d'en déduire une partie du montant des impôts).


BESOIN FINANCIER

dans de nombreux cas une bonne négociation permet d'éviter un investissement coûteux:

  • L'entreprise SUEZ qui possède et exploite une centaine d'hectares de terres saines sur la commune a déjà initiée une démarche qui nous conforte dans notre idée que des propositions bien encadrées par un cahier des charges précis, pourraient susciter un grand intérêt auprès d'eux.

La FNAB Fédération Nationale d'Agriculture Biologique, est déjà bien engagée dans ce processus. Extrait du site eauetbio.org


L'AIRE D'ALIMENTATION DES CAPTAGES DE FLINS-AUBERGENVILLE

Depuis les années soixante, le champ captant de FLINS - AUBERGENVILLE assure l’alimentation en eau potable d’une partie significative de l’Ouest parisien. De par son environnement, le champ captant est soumis à de nombreuses pressions d’origines agricoles (nitrates et produits phytosanitaires de synthèse) et non agricoles. SUEZ, propriétaire et exploitant du captage, a mis en place dès 2005 un procédé curatif écologique (Géo-filtration) et s’est engagé fin 2009 dans une démarche complémentaire de réduction des pollutions diffuses « à la source » notamment via une animation sur l’agriculture biologique.


En octobre 2015, un contrat d’animation des aires de captages a été signé entre l’Agence de l’Eau Seine Normandie (AESN) et la société SUEZ Eau France. Le Contrat spécifique d’animation technique s’inscrit dans une démarche de préservation et d’amélioration de la ressource en eau et des milieux naturels (aquatiques et humides), conformément aux objectifs fixés par la DCE, la loi de transposition du 21 avril 2004 et le SDAGE. Il est la formalisation de l’engagement des partenaires pour développer une mission d’animation/assistance technique permettant d’atteindre ces objectifs. Ce contrat permet d’élargir le panel d’actions au niveau des industriels, des collectivités et du grand public.

Dernière mise à jour : février 2017


Ce type de contrat entre SUEZ et l'AESN n'a pas un caractère commercial, on y parle d'écologie, de santé publique et de culture biologique, d'intérêt général mais pas d'argent.

Une exploitation du site pourrait être envisagée, sans loyer, un fonctionnement sain qui véhicule des valeurs profitables à tous.

L'INVESTISSEMENT

Les besoins en machines et en locaux sont réduits au maximum, car inutiles dans ce type d'exploitation, les productions sont vendues dès cueillette, elles ne voyagent pas et ne sont donc pas stockées. Cela ne nécessite pas de gros investissements et donc pas d'endettement à long terme.


CREATION DE L'ACTIVITE

Les matériels et équipements:

  • Charrettes et animaux* de traits retrouveront leur place d'antan, ils feront le bonheur des petits et des grands, les conduiront à l'école, assureront le ramassage des déchets, participeront de la fabrication des engrais naturels, approvisionneront le magasin et bien plus encore. L'investissement n'est pas ruineux, l’amortissement et l'entretien sont simples.
  • Un outillage de base permettra de lancer l'activité.
  • Des cabanes à outils et logements des animaux seront construits à partir de matériaux de récupération.
  • Des serres écologiques seront achetées et montées en auto-construction.
  • Des installations d'irrigation devront être aménagées, le goutte à goutte reste l'un des plus efficaces.

ACCOMPAGNEMENT SCIENTIFIQUE ET FORMATIONS

La formation des personnels et des accompagnants:

Ce poste financier peut-être réduit ou annuler par le jeu de la formation professionnelle et des aides qui existent, mais il reste un solde à charge à prendre en compte si l'on veut vraiment former un maximum de personnes et organiser des formations in situ.


CHARGES DE FONCTIONNEMENT

Les salaires et les charges de fonctionnement:

C'est le poste le plus coûteux du projet. Mais c'est également son objectif premier que de créer des emplois et bien plus de mettre en place un système reproductible, pour lequel nous élaborerons des supports accessibles à toutes les communes désireuses de nous suivre dans cette expérience et auprès desquelles nous dispenserons des formations, à notre tour.


D'autres types de financement:

Les subventions de la Communauté Européenne, de la Région, de la GPS&O, de la commune et des entreprises.

* Depuis la loi du 16 février 2015, l’article 515-14 du code civil a été modifié. Désormais « Les animaux sont des êtres vivants doués de sensibilité ». Il s’agit là d’une vraie révolution de société et juridique. Jusqu’à présent, les animaux n’avaient droit à aucune considération, ce qui ouvrait la voie à la traite ou à la violence gratuite, y compris envers les animaux domestiques.

Même si les animaux restent soumis au régime des biens, cette nouvelle qualification oblige tous les acteurs à mieux traiter les animaux domestiques : les propriétaires comme les entreprises et, bien sûr les collectivités locales. Désormais, les propriétaires d’animaux qui commettent des actes de violence, abandonnent leurs animaux domestiques ou leur font subir des actes de cruauté, sont, lorsqu’ils sont identifiés, condamnés sévèrement.


LE COMMERCE ET LES SERVICES


Lorsque la production sera assurée, il faudra penser à la commercialisation, et là encore, il y aura création d'emploi.

LE LIEU

Divers sites ont été évoqués et le plus central semble être le bâtiment de la poste (nous pensons que dans quelques mois, le service public de la poste sera transféré à la mairie ou dans un autre lieu à FLINS-SUR-SEINE, et que désormais , il nous faudra prendre en charge ce coût supplémentaire. La meilleure façon de la faire sera dans le cadre d'une mutualisation avec d'autres prestations).


LA VOCATION

La commune est propriétaire de ces locaux qui sont loués par la poste, mais également d'une cour et de diverses remises sur l'arrière. La cour avant pourrait même être aménagée durablement comme un petit marché circulaire pouvant accueillir des barnums démontables ou fixes. Ce lieu pourrait être investi par des commerçants ou des associations au grès des manifestations organisées. Mais également par une école ou des entreprises, à la manière d'un micro parc des expositions.


La vocation d'un tel lieu pourrait être étendue plus largement pour accueillir des personnes désireuse d'offrir un service à la population. L'on pourrait imaginer y rencontrer une personne qui effectue des travaux de couture, de jardinage, de comptabilité ou d'administration, un cuisinier à domicile, un professeur de langue, un écrivain public, tout est possible...


Proposer une connexion internet et un accompagnement à la découverte de ces techniques est un atout pour de nombreuses personnes et plus particulièrement les personnes âgées, à l'heure où l'état ne dialogue plus que par ce biais. De plus, la prise de commandes et le point relais pour recueillir les colis sont deux aspects importants qu'il ne faut pas négliger.

Dans de nombreuses communes qui ont expérimenté ce type de commerce multi-services, cela permet de générer du contact, des échanges et des ventes. La réussite est toujours au rendez-vous.


Hormis les productions locales, un groupe de personnes désireuses de s'investir dans le processus, aura en charge la recherche des produits complémentaires qui pourront être vendus. Ils devront établir les caractéristiques de fabrication, de production, de transport, …

Un cahier des charges en lien avec le respect des notions humanitaire et écologiques, servira de base à la sélection des articles qui seront présentés. Ce groupe aura également en charge le contrôle in situ des producteurs, afin de garantir, par le suivi, le respect des critères adoptés.



BILAN

Un lieu de vie pour accueillir tous ceux qui cherchent le dialogue, une compagnie, une main tendue. Une nourriture pour l'esprit, le partage et la découverte des autres. Une aide à mieux comprendre notre environnement en pleine métamorphose, ne plus subir passivement ces transformations, devenir un acteur de ce progrès.



Votez le 15 mars prochain, sans penser politique ou étiquette, en essayant simplement de choisir ceux qui ont des idées à partager et à développer, avec votre soutien.